BD – Bosozoku Riders – The last ride – Pitch et lettre d’intention (Hassler)

Bonjour à tous,

Alors que les anciens projets sont en cours de finalisation : dossiers envoyés à des éditeurs, dossiers en cours de réalisation, je me remets tranquillement à l’écriture pour d’autres projets d’édition. Un de ceux qui me tient particulièrement à coeur se nomme Bosozoku Riders : the last ride. Explications

Voici le pitch :

« Aiki, jeune lycéenne tokyoïte, se prépare aux examens d’entrée à l’université de Tokyo. Apprenant son échec, elle décide de sortir le soir pour se changer les idées et retrouve Honoko, une ancienne camarade du collège. Devenue une bosozoku (motarde vivant en marge de la société), Honoko va entraîner Aiki le temps de quelques semaines de vacances dans des aventures qui vont bouleverser le quotidien et la vision de la jeune lycéenne. »

Voici la lettre d’intention :

« A la fin des années 80, le Japon connaît une crise économique sans précédent. Une bulle spéculative s’est formée et risque d’exploser à tout moment. Dans une telle époque, en proie à l’incertitude, Aiki, lycéenne tokyoïte, se prépare pour les examens d’entrée à l’université de Tokyo, université prestigieuse. Lorsqu’elle annonce son échec à sa famille, son père devient furieux et l’oblige à rester à Tokyo pour travailler et préparer les examens de l’année prochaine. Cherchant à se changer les idées, et fuir la pression familiale, Aiki retrouve un soir une ancienne amie du collège, Honoko. Cette dernière a quitté l’école en cours de route et partage ses journées entre le restaurant ambulant de yakisoba (nouilles sautées) de son père et son gang de bosozoku (motardes). Les vacances arrivant, Aiki va se laisser entraîner dans les aventures d’Honoko. Quelques semaines de repos, avant la rentrée scolaire, qui vont transformer la jeune Aiki.

L’histoire d’Honoko et Aiki prendra la forme d’un one shot de 69 pages. Cette histoire d’amitié entre filles, se mêlant souvent au genre du road trip, offre une plongée dans le monde marginale des bosozoku riders. Via ces incarnations d’une sous-culture japonaise, nous avons eu à coeur de montrer les angoisses d’une jeune génération, de filles particulièrement, dans une société codifiée, et masculine, où le chemin à suivre est de plus en plus remis en question du fait de l’ébranlement du système par la crise qui arrive. Face aux pressions parentales, et plus largement celles induites par la société, les bosozoku permettent une vraie respiration à Aiki qui va pouvoir, pour la première fois de sa vie, s’interroger sur le sens qu’elle veut donner à sa propre vie. De telles interrogations, portant sur la place d’une femme dans la société, son choix de carrière ou plus profondément de vie, est toujours d’actualité aujourd’hui, au Japon comme ailleurs.

Par sa force graphique et sa représentation des bosozoku, uniquement masculins par contre, le manga GTO a été une référence. De même, des cinéastes comme Shinya Tsukamoto, utilisant souvent des récits très codifiés par un genre pour délivrer une réflexion sur la société japonaise, ou George A. Roméro dans un autre type, nous ont poussé à aller au-delà de la simple rencontre de deux filles afin de donner à cette amitié un sens plus profond en la plongeant dans un contexte socio-économique délicat. »

Et quelques photos de vraies bosozoku.

Ajout : Le projet a trouvé depuis son dessinateur en la personne de Martin Faynot. Plus tard, des recherches graphiques.

Publicités

2 commentaires sur “BD – Bosozoku Riders – The last ride – Pitch et lettre d’intention (Hassler)

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :