Critique – Chroniques birmanes de Guy Delisle

Mon troisième Delisle, j’aime toujours autant. Difficile de faire un roman graphique en prenant comme axe celui du reportage ou carnet de voyage, pas la même chose d’ailleurs), mais Delisle s’en sort une fois encore avec les honneurs. Petit point concernant la narration et le contenu d’un roman graphique-carnet de voyage.

 

Raconter sans trop se raconter

Le risque d’un roman graphique, c’est que l’expérience à relater, qu’elle soit personnelle ou professionnelle, ne vire à l’anecdote ou pire au narcissisme sans recul nécessaire pour dégager une quelconque analyse des faits vécus. Un témoignage est une bonne chose en soi si ce dernier dépasse le cadre strict du récit subjectif pour mettre en lumière, par exemple, des problèmes structurels si l’on aborde un sujet de société. Partir de son expérience pour tisser une analyse, c’est bien ce que faisait constamment Montaigne dans ses Essais. Il partait régulièrement d’anecdotes personnelles, de son expérience politique pour ensuite relier ces moments de vie à des thématiques plus globales comme l’amitié par exemple.

Extrait traitant de la difficulté à s’informer dans un régime dictatorial, ici le déménagement soudain des militaires vers la nouvelle capitale.

Des qualités narratives indéniables

La force de Delisle, c’est tout d’abord son chapitrage. Des chapitres courts, se focalisant soit sur un instant de vie, soit sur une thématique pour les pages plus didactiques. Guy Delisle sait ramasser son propos sans donner un sentiment de frustration à son lecteur.

L’autre qualité concerne plus le contenu que la narration, il s’agit de sa capacité à raconter sans pédagogisme excessif. Delisle nous montre, nous renseigne, souvent à hauteur d’homme même si on aimerait parfois qu’il sorte de cette vision directe pour sourcer son propos mais là n’est pas son propos et nous ne lui en voulons pas.

Le roman graphique propose malgré tout des passages plus anecdotiques comme ici les coupures de la climatisation. Est-ce nécessaire d’en parler ?

Bref, on apprend malgré tout plein de choses fascinantes sur ce pays fermé régenté par la junte militaire qu’est la Birmanie. La censure des magazines (où des préposés jouent du ciseau pour tout couper), le décalage locaux/gens de passage jouant les néo-colons avec des maisons tape-à-l’oeil, le fait « la dame » est détenue de force chez elle et que son élection légitime au pouvoir sous la banderole de la LND (Ligue Nationale pour la Démocratie) a été invalidée par les militaires, la tradition des offrandes qui sont très nombreuses dans le paysreligieux (temples, entretenir une pagode voire en construire une, etc.), le nom de Myanmar, nom actuel de la Birmanie non reconnu par plein de pays dont la France, la difficulté des ONG comme MSF à atteindre les populations ciblées car la Birmanie est hautement bureaucratique et illogique, la censure concernant les films étrangers, le journal officiel s’appelle The New Light of Myanmar et est un tissu de mensonges, la junte qui renverse ses propres militaires s’ils sont trop réformateurs (exemple : Khin Nyut), le festival de l’eau où tout le monde s’arrose (fête bouddhique qui consiste à se purifier de ses mauvaises actions en se versant de l’eau), la possibilité de voir son Internet bloqué si des mots suspects apparaissent dans nos mails (lus par les autorités bien entendu), la composition des toits des maisons traditionnelles en grosses feuillés séchées attachées à des châssis en bois, le laisser-faire de la junte concernant l’exploitation des ressources pétrolières par les compagnies étrangères, laisser-faire qui est en place en contrepartie de taxes.

Un des risques auquel n’échappe pas toujours Delisle est celui du récit verbeux. Cette page, surchargée en informations, démontre la difficulté à raconter sans tomber dans le raccourci ou pire la désinformation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :